Contemporain

Lilly et le Labyrinthe – Blanche Martire

Titre : Lilly et le Labyrinthe
Auteur : Blanche Martire
Maison d’édition : Fabert
Date de parution : 06 mai 2021
Genre : Contemporain, psychologie
Prix : 10€

Je vous assure que j’étais surexcitée lorsque j’ai reçu un mail de Blanche qui me proposait son nouveau roman en avant-première ! J’avais tellement aimé « Luciole » qui avait été un gros coup de cœur, que j’ai lu « Lilly et le Labyrinthe » quasiment à la minute où je l’ai reçu. Je suis vraiment ravie d’avoir la chance de vous en parler et j’espère que ça vous donnera envie de le découvrir !
Parce que si je n’ai pas eu un énorme coup de cœur comme pour « Luciole », je ne suis clairement pas ressortie indemne de cette lecture, dans le bon sens du terme.

Résumé

Lilly petite fille introvertie n’a pas les mots pour s’exprimer, elle attend impatiemment de savoir lire et écrire. Pourtant, elle sent déjà que les histoires et le monde de l’écriture l’habite profondément. Un jour, elle fait la rencontre de Sarah qui n’a peur de rien. Et si finalement Lilly lui ressemblait ?
« Lilly aurait voulu remonter ses manches plus souvent, et ainsi se salir les mains. Son cœur n’aurait plus été enfermé dans un coffre-fort. Les gens l’auraient découverte alors, entière. Lilly aurait été à la rencontre des autres et du monde. Elle aurait même laissé ses traces sur le tronc des arbres, les nuages et la pluie. Ses voyages se seraient remplis d’encre et les feuilles se seraient embrasées. Le papier roussi par les flammes aurait noirci jusqu’aux dernières pages. Un noir ébène, absolu. Et la fumée serait montée jusqu’au ciel ».

Extraits

« Les jours défilaient. L’école, un peu trop de solitude et beaucoup de rêves. Les jours trop courts et les nuits trop longues. »

« Lilly, l’authenticité est le sens de ta vie. Il n’existe plus grande beauté que celle de la vérité. Tu peux être fière, Lilly. Tu t’approches de sa clarté. »

Mon avis

Dans ce roman très court de 98 pages, Blanche Martire nous offre l’histoire d’une petite fille hypersensible qui découvre pas à pas sa relation au monde, aux autres et à son corps. Le tout signé d’une plume extrêmement douce, empathique et poétique.

Nous suivons donc Lilly, une jeune fille bourrée d’imagination, très douce, très curieuse et très intelligente qui se questionne en permanence sur la vie, sur les autres et sur le futur. Mais elle est également très créative, et elle préfère souvent se perdre dans son imagination, dans ses songes et ses rêves, plutôt que de faire face au monde réel.
On ressent d’ailleurs très bien son amour des livres, et de l’écriture, bien qu’elle ne sache encore ni lire ni écrire. On ressent son besoin urgent de mettre des mots sur toutes ses pensées et toutes ses inventions. Parce que d’après elle « Grâce aux livres on s’y retrouve tous, on se comprend mieux ». Et je ne peux qu’approuver !


Lilly est très timide, très solitaire et introvertie de part ses différences aux autres enfants, mais elle ressent pourtant un énorme besoin d’attention et d’amour des personnes qui l’entourent.
Il y a pourtant Séléna, sa meilleure amie, qui est si différente d’elle mais qu’elle aime tant.
Et puis un jour, il y a Sarah. Cette petite fille aussi créative qu’elle mais qui a décidé qu’elle devait oser. Oser faire ce qu’elle voulait et exprimer ce qu’elle voulait, et ce de la façon dont elle en avait envie, peu importe l’avis des autres.

Sarah permet donc à Lilly de sortir un peu de sa coquille, de réussir à s’affirmer un peu plus et d’embrasser ses différences plutôt que les refouler et d’essayer de les cacher. Et c’était incroyablement beau à lire. Parce que cette relation ne s’arrête plus à de l’amitié. Elle s’imprègne d’admiration et d’amour.

D’amour. L’homosexualité est un des sujets très forts et très bien amenés de ce roman. Il n’est pas le seul, loin de là. L’autrice nous parle aussi de l’adaptation en société, de la pression sociale pour rentrer dans des cases, de certaines conditions familiales ou culturelles très différentes et souvent très difficiles, du rejet des adultes envers les enfants qui ne sont « pas comme les autres ». On notera en particulier la directrice de l’école qui pense que Lilly est mentalement dérangée et qu’elle devrait voir un psychologue simplement parce que Lilly pense différemment, ne joue pas aux même jeux et est très introvertie.

En bref, Blanche Martire nous emmène dans les pensées de cette petite fille si désireuse de s’ouvrir au monde sans trouver de quelle manière. Cette petite fille si curieuse, si inventive, si attachante qui déborde d’amour et d’empathie. C’est un roman tendre et excessivement fort pour seulement 98 pages. Sans rire, en réfléchissant à cette chronique, je me suis demandé comment il était possible d’aborder autant de sujets si intéressants et de rendre des personnages si attachants en si peu de pages. Si ça ce n’est pas du talent !

Ma note

Honnêtement, ce roman a été une excellente lecture. J’ai adoré voir Lilly essayer d’aller vers les autres, quand bien même elle était rejetée pour ses différences. J’ai aimé ses réflexions qui finalement nous font comprendre qu’il n’y a pas de différences entre nous. Nous sommes tous des humains, des animaux, des personnes, bref. Nous sommes tous en vie et « La vie apporte la vie ». Je ne peux que vous recommander ce petit livre très doux et très touchant qui nous plonge dans les pensées d’une enfant si particulièrement attachante.
Ce livre sera disponible dès demain (le 6 mai 2021) en librairie !
Note : ★★★★☆ (17/20)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.