Romance

Ashes falling for the Sky (tome 2) : Sky burning down to Ashes – Nine Gorman & Mathieu Guibé

Titre : Sky burning down to Ashes
Auteur : Nine Gorman & Mathieu Guibé
Maison d’édition : Albin Michel
Date de parution : 12 juin 2019
Genre : Romance
Prix : 16.90€

Le tome 1 de ce diptyque a été pour moi un coup de cœur magistral (si vous n’avez pas lu ma chronique, vous pouvez la retrouver ici). C’est pour cette raison que je me suis plongée sans craintes dans le deuxième tome, avec d’énormes attentes.
Peut-être un peu trop, puisque j’ai été un tantinet déçue par ce tome-ci. Et sachez bien, que je suis extrêmement frustrée de ne l’avoir pas aimé autant que je l’aurais voulu.

Résumé

« On ne tombe pas amoureuse d’un inconnu. Au final, tu n’es rien de plus pour moi, Ash. »

Le jeu dans lequel Ash et Sky se sont lancés, ils l’ont tous les deux perdu. Désormais séparés, ils sont persuadés qu’il est trop tard pour recoller les morceaux de leur histoire avortée.
A Bloomington, Sky est déterminée à avancer et refuse de se lamenter. A New York, Ash tente de se relever, mais ses souvenirs reviennent le hanter et ses blessures se ravivent. Elle construit son avenir, il ressasse le passé.
Lorsque leurs chemins se croisent de nouveau, les non-dits menacent d’exploser. Peut-être que certains démons ne disparaissent jamais …

Extraits

« Peut-être avait-elle raison, nous n’étions que deux inconnus paumés sur la même route. »

« Moi aussi, j’ai mes démons, alors jamais je ne permettrai de te reprocher les tiens. »

« Je pensais jouer à un jeu, mais à peine commencé, j’avais déjà perdu. »

Mon avis

Je sens que, comme la chronique du premier tome, celle-ci va être très, très longue. Peut-être même plus, alors courage à vous.
Je vous ai dit au tout début que j’avais été un peu déçue par ce deuxième tome, et c’est vrai. Je tiens quand même à préciser qu’il n’est pas moins bon que le premier, simplement un peu trop différent à mes yeux. Et malheureusement une différence à laquelle je n’ai pas totalement adhérer.

Là où je n’ai absolument rien à redire finalement, c’est la forme. Cette écriture à quatre mains est toujours exécutée avec brio, et ce roman est vraiment, vraiment addictif. J’ai littéralement lu les deux tomes en 24h, si ça c’est pas une addiction, dites-moi donc ce que c’est. La playlist qui accompagne ce roman est toujours si bien appropriée qu’il m’était difficile de ne pas ressentir beaucoup d’émotions pendant ma lecture. Le style et la playlist sont vraiment deux énormes points positifs à ce tome. Au deux tomes, d’ailleurs.

Maintenant, après la forme, passons au fond. Et c’est donc ici que les choses se compliquent un peu.
Nous retrouvons donc Sky, à Bloomington, enceinte, forte et combative, déterminée à avancer, même si elle doit le faire seule.
Et il y a Ash, à New York, avec Sybille et Elias, qui peine à avancer. Même plus que ça. Qui refuse d’avancer, et peine même à stagner sans faire marche arrière.
Ce tome-ci est d’ailleurs principalement centrée sur ce dernier, et sur son passé (ENFIN, OUI).

Il y a beaucoup de choses que j’ai réellement aimé dans cette suite.
Déjà, il y a les flashbacks qui entrecoupent les chapitres et qui nous parlent du passé de Ash. Qui nous expliquent pourquoi et comment il en est arrivé là où il en est aujourd’hui. Qui nous parlent un peu plus de Zach qui est un personnage que j’ai vraiment adoré.
D’ailleurs, en parlant de personnages, on en parle de Veronica et de Miranda Parks ? Parce que je trouve qu’on en parle pas assez, clairement. Des anges. Des anges gardiens. Deux femmes fortes et sensées qui sont plus lucides et réfléchies que tous les autres, même quand elle n’en ont pas l’air (désolée Vero, ça t’était destiné). Je les aime. C’est tout.
Même si certains des flashbacks m’ont parfois laissé un goût de « pas assez abouti », je les ai trouvé plus qu’intéressants, et j’ai vite remarqué les parallèles qu’on pouvait trouver entre le passé et le présent de Ash.

Ensuite, évidemment, il y a Ash et Sky. J’ai été tellement heureuse de les retrouver, parce qu’après le premier tome qui m’a marquée de manière indélébile, ils font presque partie de moi à ce stade. J’ai été tellement heureuse et pourtant, je les ai trouvé peut-être un petit chouilla moins aboutis. Sky, tout du moins. Je pense que si je les avais connus comme ça dans le premier tome, je les aurais adoré, mais pas au point de ressentir l’amour infini que j’ai pour eux maintenant. Enfin peu importe, puisque finalement je les aime toujours autant qu’avant.

Mais malheureusement, il y a aussi certaines choses que j’ai bien moins aimé dans cette suite.
Déjà il y a eu un changement du côté de Ash. Un changement qui m’a semblé si soudain que j’ai cru quelques instants avoir loupé des chapitres. Je sais. Je comprends le pourquoi de ce revirement (merci l’ange gardien). Malgré tout, j’ai trouvé ce retournement trop rapide et bien trop radical pour être totalement crédible. On efface pas des années de comportements et de façons de penser en quelques jours. Comme le dit si bien l’adage, « le naturel revient au galop ».
Ce changement, oui, j’adhère. Mais qu’il soit si… drastique, un peu moins. Disons que le voir faire un peu plus d’efforts pour s’y tenir ne m’aurait pas semblé dérangeant, bien au contraire.

Suite à ce revirement, nous avons une partie très… niaise. Je dirais niaise, à défaut d’un mot plus approprié. Oui ce passage est doux, mignon et tout ce que vous voudrez. Mais il laisse le ressenti d’une romance très basique, d’une comédie romantique. Vous voyez le genre ? Le genre belle petite vie bien rangée et famille parfaite. Je vous jure, il manquait plus que les clôtures blanches et le chien, et on y était. Je n’ai pas détesté ce passage. Parce qu’après avoir appris à aimer Ash et Sky qui se repoussaient, qui n’étaient jamais réellement ensemble (du moins dans leur tête), j’ai appris à les aimer ensemble. Et j’ai aimé les voir apprendre à s’aimer l’un l’autre et à s’aimer eux-mêmes. Mon dieu, ça fait beaucoup d’amour tout ça.

Là où ce passage me pose un soucis, c’est par rapport à la fin. J’avorte les questions directement : oui, j’ai pleuré, oui je suis fragile, et oui j’étais en PLS mentale. C’est dit. Maintenant cette fin n’est pas mauvaise, loin de là. Je m’attendais d’ailleurs à quelque chose du style, vu que les auteurs ont l’air d’ADORER torturer leurs personnages et leurs lecteurs. Mais cette fin m’a dérangée quand même, parce qu’elle ne faisait finalement pas du tout écho au ton donné par le roman.
Ce contraste entre ce long passage qui annonce quelque chose, et cette fin qui offre le contraire a sûrement plu a beaucoup de monde. Mais moi j’ai moyennement apprécié. Et c’est vraiment dommage. Parce que j’ai aimé ce passage plus heureux, j’ai aimé cette fin (faut croire que j’aime souffrir). Mais pas ensemble. Et c’est cette toute petite microscopique nuance qui a rendu ma lecture un tantinet décevante.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit, c’est une très bonne suite dans l’ensemble, qui clôture appréciablement cette saga. Mais ce sont ces tout petits détails qui m’ont empêché d’aimer autant ce tome-ci que le premier.
Maintenant, pour ceux qui sont arrivés jusqu’ici, merci, et félicitations. Parce qu’il faut croire que j’avais beaucoup de choses à dire. Si je le pouvais, je vous offrirai un bon point, une image ou une médaille en chocolat.

Ma note

J’avoue donc presqu’à contrecœur cette légère déception après le coup de cœur absolument fabuleux que m’avait offert le premier tome. Malgré tout, c’est une saga que je ne pourrais cesser de conseiller à qui voudra m’écouter. Ash et Sky sont gravés dans mon cœur à tout jamais. Je le sais. Vous devez le savoir aussi. Ils ont réussi à changer ma façon de voir certaines choses, et d’une certaine manière, ma façon d’appréhender les gens qui m’entourent. J’espère qu’ils vous auront touchés autant que moi, et que vous les avez aimé aussi fort que j’ai pu le faire, et que je le fais toujours.
Note : ★★★★☆ (16/20)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.